2 mars 2010

Coup de torchon et muffin croustille coco Nutella: la renaissance d'un blog!


Voilà donc que, plus d’un an après ce premier message, je me lance enfin sur ce blog.

Pourquoi ce blog, pourquoi un an ? Vous vous en foutez mais j’vous l’dis quand même : maestro musique, attention flashback !

L’année dernière, même époque, je donnais un grand coup de torchon à ma vie en mettant dehors 2 ans d’une relation à problème, jetant le bébé avec l’eau du bain, allez hop, zou, du balai, on ne m’y reprendra plus, merci bien !
Avec le bain, beaucoup de choses sont parties et le reste je l’ai jeté ou brulé (ou les deux)… j’ai toujours été un poil excessive, il faut croire : les photos, les meubles, les souvenirs, certains amis et entre autres choses, mon blog.

Ouf, voilà, je ne veux plus rien voir, dehors, dehors, tout dehors.

Je me retrouvais du coup, seule, dans un grand appartement vide (mais grand ... mais vide), des bleus à l’âme, en plein marasme familiale dû au divorce parental (parce que tout est histoire de timing et que sinon, bien sûr ce n’est pas vraiment drôle).
Bilan de l’opération : 5 kilos en moins (vite repris, puis faisant des petits frères… saleté !), des idéaux à la poubelle, quelques somnifères, un passage très très à vide au boulot doublé d’une période zombie et une grosse facture chez conforama-le-pays-où-la-vie-est-moins-chère-sauf-quand-tu-mets-ton-mec-dehors-et-que-les-meubles-sont-à-lui (crétin !).
Quand au marasme familial, laissons-le là où il est, vu qu’il s’entête à y rester.

Et puis, la vie toquant toujours à votre porte à des moments zarbis, qu’elle choisit en fonction d’une loi dite de l’incongruité maximum, c’est une vieille histoire qui a ressurgit, une main inattendue qui s’est tendue vers moi. Vous la connaissez cette chanson : on s’est connu, on s’est reconnu, on s’est perdu vu et r’perdu vu, on s’est retrouvé, on s’est réchauffé, puis on s’est séparé…

Chacun pour soi était reparti, dans le tourbillon de la vie… et voilà, il a choisi ce soir, aïe aïe aïe, ça fait déjà un fameux baille.

Il est allé chercher mes idéaux au fond de la poubelle, les as défroissé, repassé, chouchouté… il a épousseté un peu dans les coins, monté quelques meubles… un tableau, une plante, et petit à petit, objet par objet, vêtement par vêtement, on avait un nid, notre nid.
Et petit à petit, étreinte après étreinte, doute après doute, effacé un à un, peur après peur, rassurées, calmées, comblées, quelques part entre ici et ailleurs, le cœur est reparti et l’avenir est revenu me donner l’envie. Une envie particulière que je pensais ne plus jamais avoir. Une envie d’un « nous ».

Et la vie s’est emballée. Poc poc… poc poc… tout ça s’est remis à battre à un rythme effréné.
Croatie, Andalousie, New York, Bruxelle, le roller, les week end en amoureux et les soirées entre amis.

On a continué à tourner, tous les deux enlacés…

Tout ça pour dire… que j’ai eu un blog, puis plus, puis commencé un autre, puis abandonné… et je crois qu’il est temps. De reprendre définitivement ma vie en main. Mettre un point final à ce grand ménage si salutaire.

Voilà comment, plus d’un an après ce premier message, je me retrouve à écrire sur un sujet passionnant : les muffins !!!


Cachez votre joie.


Ceux qui me côtoient de près le savent : c’est ma lubie du moment (il en faut bien une).
Tout à commencé ici , un matin d’insomnie (dont je suis coutumière… de vieux restes qui me rappellent que je serais toujours un peu déglinguée, maintenant, au fond).
Il faut le savoir, je ne suis pas une fan du sucré, ni des muffins. Moi c’est plutôt raclette et guacamole que muffin et Nutella.

Normalement !

Ma seule relation avec les muffins se limitait d’ailleurs, il a de cela peu de temps (oh temps béni de l’ignorance !) à ceux que l’on trouve dans cette enseigne américaine, qui est au café ce que ma-queue-mickey est au sandwitch-steack-haché-frites, c'est-à-dire le nec plus ultra de la consommation rapide et aseptisée et, malheureusement, fortement addictive (que les dieux du Bescherelle et du Larousse me pardonnent mais il n’y a pas de meilleur mot en français, hélas)! Personnellement, et pour être tout à fait franche avec vous, je suis une droguée incurable du caramel macchiato, en réab permanente… mais passons.

Je disais donc, que ma seule expérience du muffin se limitait à une montagne pâteuse et grasse au goût pas déplaisant mais finalement assez indéfini. Va comprendre Charles… est-ce l’association déglinguée du chocolat et du sésame ou le temps de cuisson rikiki de seulement 10 min ou le fait qu’il n’y ait besoin que d’un œuf que j’avais justement dans mon frigo, oh my lord, you send me the signal, Amen ! Toujours est-il que j’ai ressenti le besoin irrépressible de tester cette recette.

Facile, rapide, plutôt bonne, bien qu’un peu pâteuse, très peu sucrée et légèrement amère, mais validée par chéri-juste-levé-et-affamé-qui-adore-tout-ce-qui-est-platreux-surtout-quand-ça-lui-fini-dans-l’estomac.

Je n’étais cependant pas satisfaite (je suis une grande insatisfaite… certain dise chiante, mais moi je préfère perfectionniste. Il faut avouer que ça pète plus, hein !).
Comme souvent en cas de nouvelle manie, je googlisais donc ma trouvaille à la recherche de différentes sources d’inspirations.

Sources d’inspiration et cobaye (merci chéri) en main, je me lançais donc dans divers mélanges plus ou moins glorieux (je tiens quand même à préciser qu’aucun bulot n’a été maltraité au cours de cette expérience, mais le dit bulot voudrait quand même signaler une prise de gras dont je semblerai être la – prétendu- cause… pffff).

Tout ne fût pas une réussite, bien que tout fût englouti sans exception.

Et voilà finalement mon chef d’œuvre, hybride de
ça, et ça

Muffin croustille coco Nutella

Pour le muffin :
150 g de farine
1 sachet de levure chimique
70 g de sucre en poudre
du lait de coco
1 œuf

du Nutella !!!

Pour le croustille coco :
1 blang d’œuf
50 g de noix de coco rapée
50 g de sucre en poudre

Mélanger tous les ingrédients, sauf le Nutella, pour le muffin et doser le lait de coco pour obtenir une consistance un peu pâteuse et pas trop coulante (sinon le Nutella va plonger au fond du muffin).
Dans des moules à muffins (perso j’ai des moules en silicones très très pratiques) versé une cuillère de pâte à muffin, une cuillère de Nutella, puis une autre cuillère de pâte à muffin.
Avec le dos de la cuillère donner un ou deux petits tours pour marbrer la pâte sans la mélanger.
Préparer le croustille en montant le blanc d’œuf en neige puis en y ajoutant la noix de coco râpée et le sucre.
Napper les muffins avec cette préparation.
Faire cuire 15 min à 200 °C.

Verdict : texture de congolais sur le dessus et moelleux du muffin dessous, avec le goût inimitable du coco Nutella… hum ! :)

1 commentaire:

  1. Miam :)
    C'est pas que... mais ca me donne faim, ca!!

    RépondreSupprimer

http://www.wikio.fr Blog